Oliver Roth

ME TIME! A social convention

Descrizione del progetto
Descrizione del progetto disponibile solo in francese:

De et avec: Oliver Roth, Rabea Grand, Benny Hauser, Valentine Paley und Miriam Coretta Schulte

Don’t let me get me; sometime I need to be alone. I’m trying to arise from the depth of dullness, the sea of hardness and from the lack of emotion. There was a sense of disappointment at my 8th birthday party when the adults got drunk. I’m trapped in a butter rubbed baking tin. My endgame is a diner eve with a befriended couple - we’re drinking out of tiny booze glasses. The rebels are dead and the clowns depressed. I’m paddling out; I’m in another state; I’m diving into me time.

ME TIME! est une remémoration de la jeunesse! Les conventions sociales liées au vieillissement sont chamboulées dans cette mise en scène d’objets et d’un terrain de jeu du passé. Aborder le sujet exclusivement sous l’angle de l’immédiateté glorifie et objectivise la nostalgie de sa propre jeunesse et de son propre vieillissement. Le moment est venu de jouer, c’est à mon tour!

Avec ME TIME!, je souhaite questionner les conventions et les modèles de pensée liés à la jeunesse et à l’âge adulte. Pourquoi, lors d’une fête d’anniversaire, les adultes ne jouent, ni ne dessinent ni ne bricolent, comme le font les enfants lors de leur anniversaire? Pourquoi ai-je mauvaise conscience quand je ne fais rien pendant toute une journée? Pourquoi n’est-il pas possible de s’amuser une fois avec des amis? Pourquoi un produit du nom de «Me time box» doit-il servir à nous offrir du temps libre et nous permet-il, en nous remplissant de produits de beauté et de musique de détente, de prendre du temps pour nous-mêmes? Dans ME TIME!, la réflexion sur soi-même ne s’exprime plus par des mots, mais elle est transférée sur des objets symbolisant une histoire. On ne raconte plus sa jeunesse passée, on donne la parole à des objets choisis soigneusement mis en scène. En travaillant avec des objets et leur présence autonome selon la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour, l’attention formelle se détourne de ma personne. Bien que le choix et l’utilisation des objets soient personnels et subjectifs, ils permettent de généraliser les contenus et de les objectiver, dans le premier sens du terme. On crée une place de jeu du passé avec une série d’objets tels qu’une console Nintendo, un vélomoteur Piaggio Ciao, des téléphones Nokia, des Furbys, du slime, des colliers, des Tamagotchi, des balles aki, des cartes Pokémon, des pogs, des trolls, etc. Une chorégraphie d’objets et une performance de l’interaction avec ces objets émergent sur scène. Le public y est par exemple intégré personnellement, on lui remet des objets, il participe au jeu et fait ainsi disparaître l’habituelle délimitation du théâtre entre regarder et montrer au moyen du toucher et de l’interaction.

Lors des répétitions sous forme de workshops, on joue et on se défoule avec des enfants et d’autres professionnels de la momentanéité. On invite par exemple un adolescent entre 10 et 14 ans dans la salle de répétition et on lui demande d’amener ses dix jouets préférés. Je présente dix objets de mon enfance et de ma jeunesse et j’encourage le jeune invité à jouer avec. Je joue ensuite aussi avec mes objets. Puis nous inversons les rôles, je joue avec les objets de l’adolescent et il les utilise également. Nous jouons ensemble, nous nous défoulons, nous essayons de vivre l’instant présent. Nous écoutons de la musique, discutons, et tentons de créer un espace de jeu dans lequel nous évoluons librement et intuitivement.

ME TIME!, c’est s’intéresser à soi-même, à ce qui nous est proche, à ce qui est subjectif, à ce que l’on connaît. Il en résulte une démarche politique dans le sens existentialiste et camusien, partant de la perception consciente du moi, sans être pour autant égoïste ou égocentrique.

Oliver Roth travaille comme artiste indépendant dans le domaine des arts performatifs. Il est titulaire d’un Master en histoire contemporaine et en germanistique des Universités de Berne et de Valence. Il a travaillé pour des institutions théâtrales ainsi que des festivals et a collaboré avec Martin Schick, Cosima Grand, Miriam Schulte, Balz Isler, le collectif vorschlag:hammer et Henrike Iglesias. Oliver Roth tente de faire entrer l’art dans le quotidien populaire et l’hyperculturalité au moyen de formats sociaux tels que ONE Talks et A Social Convention. En 2016, il a présenté la performance de longue durée SIBLINGS à la Gessnerallee de Zurich, une exposition dans un supermarché pour transform Bern et la cérémonie funéraire WHILE YOU WERE DEAD au far° à Nyon et au Tanzhaus Zürich.