Rebekka Bangerter et Compagnie

Mnesia - eine Gedenkstätte mit Anfang und Ende

Description du projet

Se souvenir crée une communauté. Les souvenirs nous rendent humains. Cependant, son propre passé est de plus en plus souvent externalisé vers des disques durs externes, retirés du corps. Toujours disponible, sans perte. Nos propres neurones deviendront-ils bientôt superflus ? Et comment créer à nouveau du sens avec un passé presque complet et définitivement récupérable ? Dans «Mnesia», le public entre dans une salle de mémoire active. En stimulant nos sens de diverses façons, nous entraînons nos neurones et nos synapses, en écrasant nos souvenirs et en cherchant, entre les faits neuroscientifiques, le réalisme magique et l'imagination subjective, de possibles histoires collectives et des croyances oubliées. Qu'est-ce qui émerge dans le vide ?

Rebekka Bangerter a étudié la mise en scène de théâtre au ZHdK, le théâtre de performance et d'objets à Buenos Aires ainsi que l'histoire et l'allemand. Elle interprète, met en scène, écrit et conçoit des espaces de toutes sortes et s'intéresse à tout ce qui passe à l'absence dans une société d'excès permanent. L'équipe, composée de Stephanie Müller, Dominic Röthlisberger, Deborah De Lorenzo et Andreas Wirz, a fait connaissance au ZHdKet a déjà travaillé ensemble dans différents contextes.