Old Masters

Constructionisme

Description du projet

Dans quel monde vivons-nous ? Dequels objets est-il constitué ? Comment pouvons-nous nous réapproprier lesobjets, les discours qui le composent ? Par une approche analytique et intuitive, Constructionisme se propose de reprendre le pouvoir sur la construction sociale de la réalité.
Il s’agit d’abord de construire collectivement les objets d’études, nos objetsd’études. Ceux-ci sont réalisés en journée avec les spectateurs, les passants, les curieuses dans l’Atelier. Aussi bien laboratoire, atelier protégé que cabinet de Grand Maître, il permet à toutes et à tous de réaliser des sculptures, créer des formes, travailler les matériaux dans un eperspective d’Arts modestes.

Le soir, après un brin de nettoyage, l’Atelier est transformé en salle de conférence, en auditoire, en théâtre anatomique. Un orateur brillant présente, analyse, dissèque –détruit, s’il le faut – les objets réalisés dans la journée. Méticuleux,érudit, passionné, il reconstitue le sens qui réside au fond – ou à la surface – de ses objets qui deviennent des instruments, des cadavres, des chefsd’œuvres.

«Un objet, doublé d’unconférencier pour en parler : autour d’un dispositif a priori basique, Constructionismedu duo Marius Schaffter et Jérôme Stünzi est une performance désopilante,alignant une palette de tics et clichés issus des conférences académiques. (…)
Un homme en chemise, manches retroussées et auréoles sous les bras, dévoile unobjet d’art. C’est de cette forme qu’il sera question, au fil d’un discours quijongle entre descriptif, intuitif et analytique, testant au passage la théorie sociologiquedu constructivisme. Largement improvisé, le propos se nourrit de pausessavantes, de gestes maîtrisés et autres sourires entendus ou interactionscomplices avec des spectateurs aussi intrigués qu’hilares.
Comme lors des dissections publiques d’antan, le conférencier (MariusSchaffter) fait parler l’objet inerte, ici, une œuvre unique produite dans lecadre d’un atelier ouvert au public, tout en le dépeçant à coups de marteau oude scie. Une attitude normale dans le cadre d’une étude anatomique, maisabsolument inimaginable – et donc parfaitement transgressive et jouissive – dansle domaine de l’art, où tout objet contondant est banni : s’il faut touchertoiles ou installations, ce sera à l’aide de gants. Bonjour l’iconoclasme.»
Samuel Schellenberg, journaliste, responsable de la rubrique culturelle duCourrier, performanceprocess, 2015.

No items found.